Le bilan des compétences pour les demandeurs d'asile et les réfugiés politiques


Le Besoin

Le processus d'intégration sur le marché du travail des réfugiés peut être entravé par certains obstacles : mauvaise connaissance du système de formation et de la main-d'œuvre du marché du travail du pays hôte ; manque de connaissance de ses propres compétences ; manque de plan de carrière ; attentes irréalistes ; réticence à adapter son plan de carrière au nouveau contexte d'emploi.

Les interventions normalement proposées aux réfugiés permettent un meilleur processus de reconversion et d'insertion professionnelle, sans avoir à les accompagner dans une réelle prise de conscience de leurs ressources et de leur employabilité sur le nouveau marché du travail.  

En conséquence, on observe : une résistance au conseil, peu d'efficacité pour s’adapter au  marché du travail.

Le Modèle

Le bilan des compétences proposé par ESPaR est un parcours de carrière qui aide les réfugiés identifier  leurs compétences et leurs ressources, à savoir comment les employer sur le marché du travail de manière réaliste et à développer une attitude ouverte vers plusieurs options de carrière différentes de celles initialement souhaitées, mais tout aussi satisfaisantes.

Le modèle Espar  utilise principalement une approche collective et se base sur la technique de la narration autobiographique. Cette dernière est libre au début, car elle est destinée à donner un nouveau sens aux expériences passées. Elle devient ensuite plus précise et ciblée, afin d’aider les bénéficiaires à identifier et décrire, de manière fiable et compréhensible, leurs expériences formatives et professionnelles et, à déduire les compétences acquises.

Le Manuel

Pour faciliter la diffusion du modèle, un manuel a été rédigé. La première partie du document propose un aperçu des modèles les plus récents et des méthodes d'orientation professionnelle appliqués à un profil particulier de destinataires.

Ensuite une description détaillée du parcours et des instructions précises permettent de mieux utiliser les supports de travail.

Enfin, le manuel explique l'expérimentation menée l'été 2017 en Italie avec la participation de neuf partenaires italiens complétée par quatre  participants étrangers (en Allemagne, en Espagne, en France, et au Royaume-Uni). 25 opérateurs/formateurs ont été formés et ont animé 40 groupes composés de 10 migrants chacun : parmi eux 363 stagiaires ont terminé le parcours et créé un document personnel ESPaR.



Le projet ESPaR a été initié et réalisé  par le CROSS, Centre de recherche sur l'orientation professionnelle et le développement socioprofessionnel de l'Università Cattolica del Sacro Cuore de Milan. Il a été financé par le Ministère de l'Intérieur Italien avec le Programme National du Fonds Asile, Migration et Intégration (AMIF) 2014 - 2020. Le site web est accessible sur www.espar.it pour plus d'informations.